L'article du mois

Bénédicte Ducatel

L’intelligence de la prière des Heures par Bénédicte Ducatel

Prier au long des jours

Lorsque la constitution sur la liturgie ouvre le chapitre sur l’office divin, elle s’exprime ainsi : « Le Christ Jésus, assumant la nature humaine, a introduit dans notre exil terrestre cet hymne qui se chante éternellement dans les demeures célestes. Il s’adjoint toute la communauté des hommes et se l’associe dans ce divin cantique de louange1. »

Ainsi, le Concile nomme « hymne » et « cantique de louange » l’ensemble de l’office donnant à la prière des Heures sa spécificité propre au regard de tous les autres actes du culte. Il s’agit pour nous, croyants, d’entrer dans une attitude de louange qui illumine l’ensemble de notre vie chrétienne. Non seulement notre vie personnelle, mais la vie du monde qui, portée devant Dieu par chacun d’entre nous, est peu à peu transfigurée par la puissance transformante de la résurrection du Christ.

Un chemin

La liturgie, toute liturgie, « a pour première tâche de nous ramener inlassablement sur le chemin pascal ouvert par le Christ, où l’on consent à mourir pour entrer dans la vie2 ». La liturgie des Heures participe de manière évidente à cette remise en route qui, du début à la fin de chaque office, nous place sur ce chemin pascal. Nous sommes invités à mourir à nous-mêmes, à nos idées, à nos attentes, à nos préférences mêmes, pour entrer dans la vie que Dieu nous propose de connaître. Certes, il faut passer par les mots de notre langage et les laisser nous dire l’indicible mystère du Christ agissant dans et pour l’Église son épouse bien-aimée, mais aussi dans et pour le monde qu’il est venu sauver.

« Tu es venu, Seigneur, dans notre nuit, tourner vers l’aube nos chemins ; le tien pourtant reste caché, l’Esprit seul nous découvre ton passage. […] Beaucoup voudraient voir et saisir : sauront-ils reconnaître ta lumière ? » dit une hymne que Magnificat vous propose de prier le 16 janvier prochain. Au début de l’office, dans la foi, nous nous engageons sur le chemin tracé par le Christ qui nous entraîne vers la plénitude de sa victoire pascale. Dès lors, nous avançons sur ce chemin en traversant les psaumes qui nous font contempler le Christ vainqueur du mal et des ténèbres, mais aussi en écoutant sa parole de vie, en proclamant sa victoire dans les cantiques évangéliques, en intercédant pour que le monde connaisse cette joie du salut, etc.

Ouvrir son cœur

La prière des Heures n’est pas une prière extérieure à nous-mêmes que nous récitons parce que l’Église nous la donne. Elle vient transformer notre manière de nous rapporter à Dieu en suivant l’exemple du Christ. Elle nous apprend à faire de notre vie une prière. Pour autant que la prière soit d’abord une remise de soi entre les mains du Père pour qu’il fasse en nous sa volonté. Ainsi notre prière unie à celle du Christ sera au long des jours ce « divin cantique de louange » qui met nos vies au ­diapason du ciel.

 

----------

1. Constitution sur la liturgie, n° 83.

2. Jean-Paul II, Lettre pour le 25e anniversaire de la constitution sur la liturgie, n° 6.