L'article du mois

Bénédicte Ducatel

L’intelligence de la prière des Heures par Bénédicte Ducatel

Un peuple en prière 

Qui dit liturgie dit action – urgie – en faveur du peuple – laïos. La liturgie des Heures n’est donc pas une prière dite, ni souvent seulement lue, dans la solitude, mais bien « la prière publique et commune du peuple de Dieu, considérée à juste titre comme l’une des fonctions principales de l’Église », selon les premiers mots de la Présentation générale de la Liturgie des heures. 

Les fidèles sont organisés pour que les tâches du ministère soient accomplies et que se construise le corps du Christ (Ep 4, 12). Lorsque l’Église se rassemble pour la prière, c’est tout le peuple qui célèbre, même si certains de manière stable ou ponctuelle exercent en son sein un ministère, c’est-à-dire un service dont la finalité est de construire le Corps du Christ. Il ne s’agit donc pas d’une tâche purement humaine, mais d’un opus Dei, une œuvre de Dieu lui-même au service de son peuple. 

Une présidence 

Le premier service est celui de la présidence. Il peut s’agir d’un ministre ordonné – évêque, prêtre, diacre – mais en fonction des membres présents, ce rôle de présidence peut être tenu par un membre laïc de l’assemblée – homme ou femme – choisi et reconnu. C’est donc lui qui introduira la prière et la conclura. C’est lui aussi qui introduira la prière d’intercession, tenant là son rôle de « prêtre » pour les laïcs au sens baptismal du terme. La présidence est un des signes de la présence du Christ au milieu de l’assemblée. 

Un chantre 

Tenant un rôle moins « signifiant », le chantre occupe néanmoins une place importante dans la célébration puisqu’il est le gardien du chant et, par là même, veille au rythme de l’ensemble, tant par ses interventions que par les silences qu’il observe avant d’entonner antiennes et refrains, hymnes et psalmodie. Il lui incombe de préparer l’office et donc de penser à la variété des genres musicaux, aux alternances des solistes, du chœur, de l’assemblée, etc., mais aussi de respecter la réalité humaine qui compose cette assemblée ou l’espace dans lequel l’office se déploie. On ne célèbre pas de la même manière un jour de fête à la cathédrale qu’un jour ordinaire dans une paroisse de campagne, mais c’est le même office. Partout, c’est une figure de l’Église qui se manifeste dans l’harmonie des diversités. 

Des lecteurs 

La proclamation de la Parole nécessite un lecteur. Celui-ci, avant d’être une voix qui s’élève pour faire place à la Parole, se doit d’être un auditeur attentif. C’est-à-dire que pour exercer un ministère de lecteur, en dehors des aspects techniques de diction et de respiration, il est bon d’avoir une relation étroite avec la Parole. En d’autres termes, la vie spirituelle fait du baptisé un prophète propre à annoncer les mystères du salut. Il en va de même pour celui qui lira les intentions des intercessions. 

La liturgie des Heures est vraiment l’œuvre conjointe de Dieu et de son peuple organisé de telle manière qu’apparaisse aux yeux de tous le Corps du Christ en prière.