L'éditorial du mois

Douceur du Seigneur par David Gabillet, rédacteur en chef

La liturgie, durant ce mois d’octobre, nous unit à la prière de Jésus, doux et humble de cœur (Mt 11, 29)Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu, prions-nous avec le psaume 89, le 2e dimanche de ce mois où nous fêtons aussi les deux Thérèse, deux grands docteurs de l’amour de Dieu qui témoignent de la douceur du Seigneur.

En nous introduisant plus profondément dans le mystère du Christ, la liturgie est faite pour nous qui sommes en attente de bienveillance, de douceur, dans le déroulement harmonieux de la célébration, dans l’heureuse coordination des gestes, des dialogues et des silences… Et nous y faisons l’expérience d’être aimés et rendus encore plus aimables. Alors « puisque vous êtes sanctifiés par Dieu, revêtez-vous de douceur », nous rappelle saint Paul (lecture du 22 au matin). La douceur est un fruit de l’Esprit Saint (cf. Ga 5, 23) qui nous est envoyé pour vivre en témoins de ce que nous avons célébré, avec douceur et respect (1 P 3, 16).

En ce mois marqué par la Semaine missionnaire mondiale qui s’achève par la Journée de la mission universelle de l’Église, une intention spécifique proposée par les OPM soutiendra notre prière quotidienne. Nul doute que notre écoute de saint Jean-Paul II en sera affinée : « Puissiez-vous avoir compris ces jours-ci que la sainteté n’est pas le privilège de quelques-uns, que la douceur évangélique n’est pas une faiblesse. »