Editorial

David Gabillet, rédacteur en chef

Mystère d’amour par David Gabillet, rédacteur en chef

Chaque dimanche, nous proclamons :

« Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant… Je crois en Jésus Christ […], le Fils unique de Dieu… Je crois en l’Esprit Saint… »

Cette confession faite en mémoire de notre baptême est la foi de l’Église qui « croit comme elle prie », selon un adage reçu dans la Tradition depuis le Ve siècle. Le mystère de la Trinité que nous célébrerons le premier dimanche de ce mois est mystère d’amour au sein du Dieu unique qui veut se donner à tous les hommes. Le Père, source de tout amour a « envoyé dans le monde [sa] Parole de vérité et [son] Esprit de sainteté pour révéler aux hommes [son] admirable mystère » (prière d’ouverture). La liturgie tout entière découle de la source d’amour débordant du Père. Elle est façonnée par la Parole, le Fils fait chair, et est inspirée par l’Esprit qui « donne la vie », cette vie éternelle offerte par Dieu le Père qui a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique. La Trinité est tout sauf une notion abstraite et hermétique. Depuis que nous avons été baptisés « au nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit », l’amour en Dieu – l’amour qu’est Dieu – irrigue toute notre vie. Initiés dès à présent à l’amour qui ne passera pas, charge à nous de nous laisser aimer, de proclamer « notre foi au Dieu éternel et véritable » (préface), et de reconnaître en nos frères les images de cette communion d’amour du Père, du Fils et de l’Esprit.