L'article du mois

Bénédicte Ducatel

Le rôle de l’Esprit Saint par Bénédicte Ducatel

La prière des Heures nous unit au Christ priant son Père, tout en étant la prière de l’Église s’adressant au Père par le Fils bien-aimé. Que fait l’Esprit Saint tandis que nous nous tenons devant Dieu pour le prier ?

L’Esprit soutient notre faiblesse

Saint Paul l’affirme aux Corinthiens : Personne n’est capable de dire : « Jésus est Seigneur » sinon dans l’Esprit Saint (1 Co 12, 3). Ainsi l’Esprit porte jusqu’à nos lèvres la confession de foi : « Jésus est Seigneur », c’est-à-dire « Jésus est Dieu ». Il nous donne de dépasser l’incarnation de celui que nos yeux ont vu et que nos mains ont touché, pour entrer dans la reconnaissance de sa divinité. Immense saut dans la foi ! Ainsi, nul ne peut prier si l’Esprit ne vient à son secours ou, selon les mots de la présentation générale de la Liturgie des heures : « Aucune prière chrétienne ne peut exister sans l’action de l’Esprit Saint » (no 8). Nos mots humains sont appelés à devenir langage divin dans le souffle de l’Esprit. C’est pourquoi, avec une grande confiance, nous remettons notre prière entre les mains de celui qui peut la guider, l’Esprit Saint [qui] vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons pas prier comme il faut (Rm 8, 26). D’où les premiers mots de toute prière : « Seigneur, ouvre mes lèvres » ou « Dieu, viens à mon aide », pour qu’elle soit au diapason du cœur de Dieu.

L’Esprit transfigure la prière

Appelé à prendre notre prière dans son souffle, l’Esprit Saint transfigure les mots que nous prononçons. D’une part, il les porte devant Dieu comme la prière qui lui plaît, celle du Christ lui-même, et d’autre part, il éveille notre intelligence à la compréhension de ce que nous disons. Il ouvre pour nous l’Écriture à travers les hymnes et les psaumes que nous chantons et les paroles que nous écoutons. Il intercède par nos bouches lui qui « respire en notre bouche plus que nous-mêmes », selon les mots d’une hymne de Pentecôte. (1) Il est aussi celui qui « habite nos silences », ces espaces de résonance qui permettent d’intérioriser, de contempler, de savourer plus profondément la Parole entendue ; ces suspensions du temps qui font du chant, de l’écoute, de l’intercession, une prière que Dieu agrée parce qu’elle lui est présentée par « l’hôte intérieur ».

L’Esprit d’unité

L’Esprit a reposé sur Jésus à chaque instant de sa vie terrestre. Retournant au Père, il en a fait don à l’Église tout entière, c’est pourquoi « l’unité de l’Église en prière est l’œuvre de l’Esprit Saint : c’est le même Esprit qui est dans le Christ, dans l’Église tout entière et en chacun des baptisés (2) ». Si Jésus exulta de joie sous l’action de l’Esprit Saint (Lc 10, 21) et bénit son Père dans un grand mouvement de louange, nous pouvons nous réjouir de nous laisser conduire par l’Esprit lorsque nous disons la prière des Heures, cette belle prière que l’Église adresse au Père par le Fils et dans l’Esprit.

 

---------

1. Ouvrez vos cœurs, D. Rimaud.

2. Présentation générale de la Liturgie des heures, no 8.