Commentaire de la couverture

Préparez en vos cœurs les chemins du Seigneur par Pierre-Marie Varennes

Reynolds († 1792) est appelé « le prince des portraitistes » tant il s’est consacré à cet art (on lui doit plus de deux mille portraits) qu’il a porté à son sommet. Bien inscrit dans la manière de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, avec toutefois une originale hardiesse intellectuelle et psychologique, son expression se fait miraculeusement romantique, avant l’heure, allant jusqu’au pathos, dès qu’il représente des enfants ou des thèmes liés à sa foi chrétienne, c’est-à-dire quand il laisse toute liberté à son cœur de guider son pinceau. C’est à l’évidence le cas pour ce Samuel enfant, saisi au moment où il va répondre au quatrième appel nocturne de Dieu en disant : « Parle, ton serviteur écoute » (1 S 3, 10).

Samuel préfigure le dernier et le plus grand des prophètes, Jean Baptiste. L’un et l’autre ont été conçus et mis au monde après que leur mère stérile eut reçu à cet effet une grâce spéciale de Dieu. L’un et l’autre sont des « nazirs », c’est-à-dire qu’ils sont séparés et consacrés à Dieu par un vœu en vertu duquel, selon les prescriptions données au livre des Nombres (6, 1-21), il leur était interdit de boire du vin, de se couper les cheveux et de s’approcher de ce qui était réputé impur par la Loi. Avec Samson, ils demeurent les seuls nazirs à vie mentionnés dans la Bible. La mission confiée à Samuel est d’annoncer l’avènement de David, un roi d’Israël selon le cœur de Dieu, de préparer sa venue et de lui donner l’onction divine. La mission confiée à Jean Baptiste est d’annoncer et de préparer la venue de celui dont le berger et roi David n’était que la figure prophétique, le vrai Christ (« l’oint ») de Dieu, celui qui va réaliser à la perfection toutes les promesses divines transmises par Samuel et ce, non seulement pour la gloire de David et le salut d’Israël, mais encore pour la gloire de Dieu et le Salut du monde.

 

Le petit Samuel en prière (1777), Sir Joshua Reynolds (1723–1792), Montepllier, musée Fabre. © akg-images / Nimatallah.